CulturePierre Turbis

La mairesse St-Hilaire est encouragée par sa rencontre avec la ministre du Patrimoine canadien

Texte et photo : Ville de Longueuil

Le 19 août dernier, la mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire, recevait la ministre du Patrimoine canadien, l’honorable Mélanie Joly. La mairesse a profité de l’occasion pour discuter de plusieurs projets culturels d’importance pour la Ville.

La mairesse était enthousiaste au terme de cette rencontre. « La ministre a manifesté une grande ouverture et beaucoup d’intérêt face aux projets que nous lui avons présentés. Je suis convaincue que cette rencontre amorce une collaboration fructueuse entre le gouvernement du Canada et la Ville afin d’offrir à nos citoyens des installations et une programmation culturelle de grande qualité », a déclaré Mme St-Hilaire.

Le dossier du Complexe culturel chemine

Maillon important de la politique culturelle de la Ville, le Complexe culturel figurait à l’ordre du jour. Ce projet vise à rassembler plusieurs organismes de diffusion culturelle dans un bâtiment mieux adapté à leurs besoins de prestation : le Théâtre de la Ville, l’Orchestre symphonique de Longueuil, le Centre d’exposition en arts actuel Plein Sud et le Théâtre Motus.

Ville culturelle, Longueuil investit chaque année entre 11 et 12 M$ dans le domaine de la culture, qui regroupe pas moins de 700 artistes professionnels et une soixantaine d’organismes reliés à ce secteur, en plus du Conseil des arts de Longueuil qui soutient la création, la diffusion artistique et le rayonnement des arts. Afin de continuer à offrir à ses citoyens cette vie culturelle riche et diversifiée, la Ville mise sur la réalisation de ce projet porteur. La mairesse a donc profité de cette rencontre de travail pour demander officiellement une contribution fédérale.

Caroline St-Hilaire a également présenté le projet du parc archéologique de la Baronnie, le plus important du plan d’action de la nouvelle Politique du patrimoine culturel de Longueuil. On retrouve en plein coeur du Vieux-Longueuil deux sites archéologiques recelant des traces d’occupation et des vestiges allant du 17e siècle au 20e siècle. Le parc de la Baronnie offre également de fortes probabilités de retrouver des artéfacts associés aux populations amérindiennes de la préhistoire.

La mairesse et la ministre ont convenu de poursuivre les discussions sur ces dossiers importants pour la Ville

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer