Communautaire

Le député Bernard Drainville et la CDC Longueuil interpellent le ministre Blais pour sauver des projets essentiels à la communauté Longueuilloise

Texte et photo: Pierre Turbis

Le 31 décembre dernier a sonné le glas de projets financés par le Fonds québécois d’initiatives sociales (FQIS). Ce faisant, la communauté Longueuilloise perdait une vingtaine de projets de lutte contre la pauvreté et l’exclusion.

L’ancien ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Sam Hammad, s’engageait alors à aider la Corporation de développement communautaire (CDC) de Longueuil à trouver de nouvelles sources de financement transitoires jusqu’au dépôt du nouveau plan d’action gouvernemental, prévu pour 2017.

Respecter l’engagement du ministre Hammad

Le 5 février, la CDC, accompagnée par le député de Marie-Victorin, Bernard Drainville, interpellait François Blais, le remplaçant du ministre Hammad depuis le récent remaniement ministériel, pour que l’engagement de ce dernier soit respecté.

« Si le nouveau ministre a vraiment à cœur la lutte contre la pauvreté, il est urgent qu’il propose une solution afin d’assurer la poursuite des projets FQIS à Longueuil. Le nouveau ministre doit tenir les promesses faites aux Longueuillois », a lancé le député Drainville.

« Parmi les projets auxquels on a coupé les vivres, on retrouve notamment des cuisines collectives et des jardins communautaires qui ont rejoint plus de 10 000 personnes, dont la majorité sont des femmes. Ces initiatives se sont avérées particulièrement efficaces pour sortir les femmes de leur isolement », a précisé le directeur général de la CDC Longueuil, Martin Boire.

« On ne peut croire que le remaniement ministériel aura changé la donne au point de nous obliger à repartir à zéro. Il y a des gens qui comptent sur les élus pour les représenter auprès du gouvernement et c’est ce que j’entends bien faire. Aujourd’hui nous lançons un cri du cœur, un cri de désespoir. J’en appelle à l’humanité de ce gouvernement. L’objectif du déficit zéro ne doit pas se faire sur le dos des gens les plus pauvres », a conclu le député Drainville.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer